• Suivre Pasteur Lumbu sur facebook
  • Suivre Pasteur Lumbu sur Twitter
  • Recevoirles actualités du Pasteur Lumbu
  • Suivre pasteur Lumbu sur google
  • Youtube chez Pasteur Lumbu

Pasteur LUMBU MUGIMBA CORNEILLE on Mar 30th 2016 10:26

1.- INTRODUCTION:

– En parcourant la Bible, je suis tombé sur ce passage du livre des Proverbes (Pr 23.26) qui déclare:<Mon  fils donne-moi ton CŒUR et que tes yeux se plaisent dans mes voies>. Ce passage a attiré mon attention. Parce que d’habitude c’est nous qui demandons à Dieu. Comme nous le dit le Seigneur Jésus dans Matthieu 6.11:< Donne- nous aujourd’hui notre pain quotidien>.

-Dans Matthieu 7.7, les Écritures nous enjoignent à demander et l’on nous donnera.

– Pourtant le Seigneur notre Dieu déclare dans Psaume 50.12 ceci:< Le monde est à moi et tout ce qu’il renferme>. Cependant Dieu adresse une demande à un être humain, sa créature.

-Pourquoi Dieu ne demande-t-il pas autre chose que le CŒUR? Depuis que le péché est entré dans ce monde, le cœur de l’homme a été horriblement affecté par celui-ci.

2.- LES RAISONS DE CETTE DEMANDE:

Quelques auteurs comme: Jérémie, Matthieu, Salomon, Moïse et Marc parlent des maux dont souffrent le cœur humain.

1.- JÉRÉMIE:

Dieu le créateur de l’homme sait de quoi il est constitué. Dans  Jérémie 17.9, nous lisons:< Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est incurable. Qui peut le connaître?>.

La gravité de la situation vient du fait que l’homme souffre d’une maladie dont il est lui-même ignorant. Cette information devrait attirer l’attention de tous et chacun puisqu’on ne sait pas ce que sera notre vie demain.

 2.- MATTHIEU:

Dans Matthieu 15.7-8, nous lisons:< Hypocrites, Esaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit:< Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est éloigné de moi>. Souvent nous chantons, je te donne tout. Mais Dieu sait que nous le faisons des lèvres seulement parce qu’il voit au plus profond de nous même. Donnons lui réellement notre cœur. Sinon nous ne sommes que des hypocrites devant lui.

 3.- SALOMON:

Dans le livre de Ecclésiaste 9.3, nous lisons:< …Aussi le cœur des fils de l’homme est-il plein de méchanceté, et la folie est dans leur cœur pendant leur vie…>. La méchanceté doublée de la folie donne un cocktail très explosif. On a suivi par les médias un papa incestueux en Australie qui a séquestré sa fille dans la cave et a fait 3 enfants avec elle.

    4.- MOISE:

Dans le livre de Genèse 6.5-7, nous lisons:< L’Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. L’Éternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il fut affligé en son cœur> ( son cœur est plein de tristesse).

– Et l’Éternel dit:< J’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles et aux oiseaux du ciel; car je me repens de les avoir faits>. – Or tout part des pensées, si les pensées sont polluées tout devient impur dans la vie de l’homme. Que peut-on attendre de l’homme dans cet état, voilà pourquoi Dieu le Père de Jésus-Christ demande que nous lui donnions notre cœur et que nos yeux se plaisent dans ses voies.

5.- MARC:

C’est Marc 7.20-23, qui dit:< C’est du dedans , c’est du cœur des hommes que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les débauches, les meurtres, l’orgueil, les cupidités, la haine, les actes incestueux, les sacrifices à Moloc…>.- On dirait que le cœur de l’homme est comme une usine de fabrication de tous les actes horribles, mauvais, infâmes, impurs que nous observons dans le monde entier quelque soit le peuple sur la planète terre.

– Voilà les raisons qui poussent Dieu à formuler cette demande: Mon fils donne-moi ton cœur et que tes yeux se plaisent dans mes voies.

3.- LA PROPOSITION DE LA SOLUTION:

1.- Dieu  étant le seul capable de réhabiliter l’homme parce que lui seul connaît, sait examiner et explorer le cœur de l’homme ( Jérémie 17.10). Après son diagnostic, Dieu donne l’unique solution, un nom: JÉSUS.

2.- Les Écritures sont formelles:< Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes par lequel nous devions être sauvés> ( Actes 4.12). Voilà qui justifie le cri de Jésus:< Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés> (Matthieu 11.28a), < Je suis le chemin , la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi> (Jean 14.6).

– C’est ainsi que l’apôtre Jean écrit dans  le 1er épître de Jean 3.8:< …Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable>.

3.- Après qu’il ait détruit les œuvres du diable, le Seigneur Jésus lave le cœur de l’homme avec  son sang(1 Jean1.7). C’est ainsi que l’homme peut être guéri et vivre dignement comme un être humain.

Voulez vous donner votre cœur à Jésus?

 

Posté dans Prédications | Commentaire (0)

Pasteur LUMBU MUGIMBA CORNEILLE on Mar 27th 2016 09:08

INTRODUCTION:

– Dans l’épître aux hébreux la Bible déclare: »Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils; il l’a établi héritier de toutes choses; par lui il a aussi créé l’univers. Le Fils est le reflet de sa gloire et  l’empreinte de sa personne, et il soutient toutes choses par sa parole puissante. Il a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts » (Héb 1.1-3).

– Le Fils après avoir victorieusement rempli sa mission, retourna chez son Père en nous laissant une promesse selon laquelle il nous enverrait un autre consolateur qui se nomme le SAINT-ESPRIT ( Jn 14.16-17).

– Celui-ci demeure éternellement avec nous, contrairement à l’Ancien Testament ou Dieu remplissait d’ESPRIT-SAINT certaines personnes choisies par Dieu lui-même pour accomplir une tâche bien précise. Nous parlerons de l’Esprit-Saint dans son aspect pratique de soutien aux serviteurs de Dieu.

* ÉCLAIRCISSEMENT:

– Il convient de signaler une grande différence entre les Israélites et nous les peuples païens devenus chrétiens:

1.- Les Israélites connaissent bien Dieu le Père et l’Esprit- Saint et ignoraient Dieu le Fils, qu’ils ont même crucifié, pourtant c’est lui le Messie qu’ils attendaient.

2.- Tandis que nous les peuples païens devenus chrétiens connaissons bien Dieu le Père et Dieu le Fils, le Seigneur Jésus. Mais ignorons Dieu le Saint-Esprit, qu’on qualifie parfois abusivement d’une puissance, du vent …

1.- LE SAINT-ESPRIT DANS L’ANCIEN TESTAMENT:

– Dans l’Ancien Testament, Dieu remplissait individuellement de l’Esprit-Saint certaines personnes de son choix pour accomplir des tâches précises. C’est le cas de:

1.- BESTSALEEL, fonction d’artiste: Ex 31.1-5

2.- DAVID, fonction de roi: 1 Sam 16.12-13

3.- ÉLISÉE, fonction de prophète: 1Rois 19.16

4.- AARON, souverain sacrificateur: Ex 28.41

5.- SAMSON, fonction de juge: Jg 13.1-5

NB: Dans l’Ancien Testament le Saint-Esprit pouvait être retiré en cas de péché. C’est le cas du roi David avec Bath-Schéba, femme d’Urie (Ps 51.13).

– Cependant le Seigneur avait donné une promesse selon laquelle l’Esprit- Saint ne serait plus l’apanage de quelques personnes seulement dans l’Ancien Testament, mais serait répandu sur toute chair avec le prophète Joël (Joël 2.28).

2.- LE SAINT-ESPRIT DANS LE NOUVEAU TESTAMENT:

– Dans le Nouveau Testament le Saint-Esprit est accordé comme don à quiconque crois en Jésus comme son Seigneur et Sauveur. Et demeurera avec nous éternellement (Jn 14.16-17). Il faut signaler que les Écritures Saintes déclarent dans Hébreux 1.1-3, verset cité ci-haut. Y a-t-il une contradiction? Nullement, le Saint-Esprit un autre consolateur nous envoyé par Jésus est venu pour glorifier Jésus et témoigner la personne de Jésus; il n’est pas venu parler de lui-même (Jn 16.13-14; Jn 15.26-27).

3.- L’EXPANSION DU ROYAUME:

– Le royaume de Dieu a pour vocation de se répandre dans ce monde hostile.- Comme dans l’Ancien Testament il fallait être rempli d’Esprit-Saint pour accomplir avec efficacité l’oeuvre de Dieu. Hier comme aujourd’hui nous avons besoin d’être rempli du Saint-Esprit pour mieux accomplir l’oeuvre de Dieu. – D’où le Seigneur Jésus recommanda à ses disciples d’attendre l’accomplissement de la promesse du Père. Puisque que ça soit dans l’Ancien Testament comme dans le Nouveau Testament nous avons affaire à une forte opposition des forces occultes (Eph 6.10-12).

– C’est le Seigneur Jésus lui-même créateur du monde visible et invisible (Jn 1.1-3), qui sait de quoi ce monde est constitué, qui connaît ce monde invisible; monde des ténèbres qui nous indique ce que nous devons faire pour bien accomplir la tâche qu’il nous a confié. Ne nous comportons pas comme Pierre sur la montagne où Jésus fut transfiguré, Pierre a déclaré: »Pierre, prenant la parole, dit à Jésus: Seigneur, il est bon que nous soyons ici: si tu le veux, je dresserai ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Elie »(Mat 17.4).

– Recherchons l’accomplissement de la promesse du Père nous laissée  par notre SEIGNEUR qui dit: »Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit…Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1.4-5,8). Pour que nous accomplissions avec succès la mission nous confiée, celle de faire de toutes les nations des disciples (Mat 28.18-20).

– Dommage beaucoup de serviteurs de Dieu occultent naïvement le Saint-Esprit, arguant que le Saint-Esprit reste une réalité lointaine qui n’a été valable qu’à la naissance de l’église. Privant ainsi l’église de Dieu de sa puissance qui permet à l’oeuvre du Seigneur Jésus de se répandre dans le monde entier avec efficacité. L’église apparaît ainsi à certains endroits dans le monde  comme une assemblée faible sans puissance et des chrétiens se conduisent comme des hommes charnels. Donnant une image triste de la vie chrétienne. Notre  Seigneur, le Seigneur de gloire a doté son église de tous les atouts à l’accomplissement de son oeuvre. – Obéissons à sa parole, mettons-là en pratique( Ac 1.4-5,8), expérimentons le baptême dans le Saint-Esprit, nous verrons des prodiges de Dieu. Le Seigneur Jésus n’a-t-il pas dit: JEAN 14.12.

 

 

Posté dans Prédications | Commentaire (0)

Pasteur LUMBU MUGIMBA CORNEILLE on Mar 17th 2016 06:02

1.- QU’EST-CE QUE LE PÉCHÉ?

A cette question, la Bible répond: quiconque pratique le péché transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi, 1Jn 3.4.

Le péché se manifeste de plusieurs manières: 1.- La transgression (Ps 51.3, Rm 3.23); 2.- L’iniquité (Rm 1.21-23); 3.- La faute (Rm 1.18); 4.- L’égarement (Rm 3.23); 5.- L’offense (Ep 2.1); 6.- La licence (1 Ti.1.9); 7.- L’incrédulité (Jn 16.9).

Dès les premières pages du 1er livre de la Bible, le Seigneur Dieu a prononcé un véritable réquisitoire contre le péché auquel il n’a réservé qu’une sanction unique: LA MORT:<L’Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et pour le garder. L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme: tu pourras manger de tous les arbres du jardin; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras certainement>. Gn 2.15-17.

Dans le livre d’Exode, Moïse attiré par un phénomène étrange se détourne pour voir de quoi il retourne, alors une voix sort du buisson pour dire à Moïse d’enlever ses souliers puisqu’il se trouvait sur une terre sainte, Ex 3.1-5. Dieu est saint et ne peut cohabiter en aucune façon avec le péché ( Moïse avait tué un égyptien en Ex 2.11-14). La même scène se passe avec Josué qui a rencontré un ange venu du ciel, Jos 5.13-15.( Cet ange est une christophanie = apparition de Jésus-Christ avant son incarnation), il se présenta sous une forme humaine.

2.- LE PÉCHEUR FACE A LA SAINTETÉ DE DIEU:

1.- A la croix Jésus-Christ s’est écrié: Et à la neuvième heure, Jésus s’écria d’une forte voix forte: Eloï, Eloï, lama sabachthani? Ce qui signifie:Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? Mc 15.34. Dieu a abandonné son cher Unique Fils, ce fut aussi un moment très douloureux pour Dieu parce que celui-ci sentait toute la puanteur du péché, 1 Pier 2.24 .

Et que Dieu ne peut en aucune manière cohabiter, supporter un seul instant le péché même s’il s’agit de son cher Unique Fils. Dieu ne peut jamais faire une moindre concession au péché à cause de sa nature sainte: il est trois fois saint. Il habite un endroit où se trouve une lumière inaccessible à l’œil humain, Es 6.1-7; 1 Ti 6.16.

2.- On ne peut se trouver devant la présence de Dieu sans prendre conscience de sa nature pécheresse, de son indignité, de son impureté. C’est le cas de:

1.- Prophète Esaïe devant le Seigneur sur son trône: Es 6.1-7.

2.- Apôtre Pierre devant Jésus-Christ: Luc 5.8-9.

* Le péché est une horrible chose qui a coûté extrêmement cher à Dieu. Il a sacrifié son Unique Fils à Golgotha, c’est ainsi que Dieu traite le péché d’une manière impitoyable, nous aussi nous devons le traiter de la même manière, nous devons être implaccable; ne dit on pas <Tel père, tel fils?> D’autant plus que nous aussi nous en sommes victimes selon Es 59.1-3.

* Quand nous regardons autour de nous, nous voyons les dégâts qui sont le résultat du péché (la drogue, le terrorisme, l’alcool, la prostitution, la haine… au niveau planétaire;

Exemples:

1° la traite des noirs,

2° les deux guerres mondiales,

3° l’extermination des Juifs en Pologne,

4° la guerre de 100 ans en France…  Ac 17.26, quelle horreur!

– Le 29/02/2016 une nounou de 39 ans en Russie s’est présentée dans la rue avec une tête d’une enfant qu’elle a décapitée, déclarant devant le tribunal que c’est Allah qui le lui a demandé. Quelle horreur! Dieu lui-même a regretté d’avoir crée l’homme, Gn 6.5-7. Le philosophe Jean-Paul Sartre a constaté que l’homme est un loup pour l’homme.

3.- La nature (Sol et saison) n’est pas épargnée par le péché, dans le jardin d’Eden, Gn 3.17, Jér 5.24-25.

3.- LES RECOMMANDATIONS: RÉSISTEZ, FUYEZ, HAÏSSEZ

1.- Nous ne semblons plus nous réaliser la gravité du péché, nous sommes comme endormi par le péché. Il ne doit y avoir aucune tolérance vis-à-vis du péché? La Bible nous recommande de <Résister jusqu’au sang contre le péché>, Héb 12.4.

– Il n’y a pas de petit  et de grand péché. Les Écritures ne font qu’une exception sur le péché: le blasphème contre le Saint-Esprit qui est un péché irrémissible dans ce siècle-ci ni dans le siècle à venir, Mat 12.31.

2.- Je veux cependant attirer notre attention sur un péché particulier que nous devons considérer d’une manière très particulière: la fornication, ou l’impudicité, ou encore la débauche, ou encore l’immoralité sexuelle. Pour ce péché la Bible dit: FUYEZ, 1 Cor 6.15-20.

3.- Le psalmiste nous recommande de haïr le péché, Ps 97.10.

4.- Certains croyants qui se disent chrétiens minimisent le péché, d’autres chrétiens mêmes le prennent à la légère. La Bible déclare:<Quelqu’un mettra-t-il du feu dans son sein, sans que ses vêtements s’enflamment? Quelqu’un marchera-t-il sur des charbons ardents, sans que ses pieds soient brûlés?>, Prov 6.28.

* L’unique lieu que Dieu a aménagé pour  en finir définitivement avec ceux qui pratiquent le péché c’est l’enfer un endroit des souffrances éternelles, Apoc 21.8 ( cf ouvrage de Marie K. Baxter que le Seigneur Jésus-Christ a fait visiter le paradis et l’enfer).

CONCLUSION:

L’unique remède que Dieu propose au péché c’est son  Fils Unique JÉSUS-CHRIST. C’est pourquoi voyons le péché comme Dieu le voit: quelque chose d’horrible. Dans une séance d’intercession Dieu nous avez indiqué comment il faut fuir le péché: « Fuyez le péché comme vous fuyez devant le serpent » ( cf le film anaconda).

– Dieu n’a pas pu faire exception même de son propre Fils Unique, cela traduit toute l’horreur du péché.

Posté dans Prédications | Commentaire (1)

Pasteur LUMBU MUGIMBA CORNEILLE on Mar 17th 2014 07:03

Posté dans Prédications | Commentaires (2)

Pasteur LUMBU MUGIMBA CORNEILLE on Nov 27th 2013 10:59

1.- LA FÊTE DES SEMAINES:

C’est une des trois fêtes solennités (qui est célébrée avec éclat et en public) annuelles. Les trois solennités en Israël sont:

1.- La Pâque

2.- La Pentecôte

3.- Les Tabernacles

Lors desquelles tout homme d’Israël devait se présenter devant le sanctuaire. La fête de pentecôte est  la première des fêtes relatives aux récoltes.

* Ex 34.22-23

1 .- Elle s’appelle la fête des semaines parce que sa date était fixée à sept semaines après l’offrande de la gerbe des prémices de l’orge, symbole de la moisson.

* Lév 23.15-16

* Dt 16.9-10

La gerbe était balancée le lendemain d’un sabbat.

* Lév 23.11

Les LXX l’entendaient ainsi.

2.- La fête des semaines prit aussi le nom de PENTECÔTE parce qu’elle se célébrait le 50è jour après le balancement de la gerbe (en grec Pentecôte signifie 50è).

* Ac 2.1

   3.- La solennité de la Pentecôte s’appelait aussi FÊTE DE LA MOISSON, ou JOUR DES  PRÉMISSES parce que la moisson se terminait presque partout en Palestine à ce moment là, et l’on procédait à l’offrande de 2 pains de froment nouveau.

* Ex 23.16; 34.22

* Nb 28.26

– Lors de la fête de Pentecôte, comme pendant les autres fêtes, les Israélites devaient faire des dons aux pauvres.

* Dt 16.11-12

La Pentecôte la plus décisive fut celle qui eut lieu après la résurrection et l’ascension de Christ. A la 3è heure (vers 9 heures du matin), le Saint-Esprit fut  accordé sans distinction d’âge, de sexe, ou condition sociale à tous ceux qui étaient rassemblés dans la chambre haute.

* Ac 1-4, 14-21

La Pentecôte chrétienne marque le début de la dispensation de l’Esprit. Dès lors le baptême, les dons et la plénitude de l’Esprit sont offerts à tout témoin de Christ.

* Ac 1.8, 2.38-39

*  1 Cor 12.4-6

* Eph 5.18

2.- QUI EST LE SAINT-ESPRIT ?

– Est-ce une force (Ac 1.8)?

– Est-ce un souffle (Ac 2.2)?

– Est-ce de l’huile  d’olive (Luc 4.18)?

– Est-ce de l’eau (Jn 7.37-38)?

– Est-ce une promesse divine (Ac 13.2)?

La troisième personne de la trinité n’est ni une force, ni un souffle, ni de l’huile d’olive, ni de l’eau ou moins encore une promesse. Le Saint-Esprit est une personne divine.

* Jn 14.16-17, 26

* Jn 15.26

* Jn 16.7-15

LE SAINT-ESPRIT AGIT, SUBIT, POSSÈDE

Il est la personne divine la moins connue.

La question n’est pas posée en termes de qu’est-ce que le Saint-Esprit mais qui est  le Saint-Esprit.  C’est l’usage des pronoms personnels qui conduit à traiter le Saint-Esprit comme une personne divine. Nous allons découvrir ses qualités regroupées en trois catégories:

 A. – LE SAINT-ESPRIT POSSÈDE:

1.- Il a une pensée (Rm 8.27),

2.- Il a une connaissance (1 Cor 2.10-12),

3.- Il a une volonté ( 1 Cor 12.11),

4.- Il a l’amour (Rm 15.30),

5.- Il a l’intelligence et la bonté (Néh 9.20),

6.- Il a un langage (1 Cor 2.13).

B.- LE SAINT-ESPRIT SUBIT:

1.- On peut Lui résister (Ac 7.51),

2.- On peut Lui mentir (Ac 5.3),

3.- On peut LE tenter (Ac 5.9),

4.- On peut se rebeller à Lui (Es 63.10),

5.- On peut L’attrister (Eph 4.30),

6.- On peut L’éteindre ( Thes 5.19),

7.- On peut Le blasphémer (Mt 12.31-32),

8.- On peut L’outrager ou L’insulter ( Héb 10.29).

    C.- LE SAINT-ESPRIT AGIT:

1.- Il enseigne (Jn 14.26; 16.12-14),

2.- Il témoigne ( Jn 15.26),

3.- Il convainc ( Jn 16.8),

4.- Il conduit (Jn 16.13),

5.- Il entend ( Ps 94.9),

6.- Il parle (Apoc 2.7),

7.- Il commande (Ac 16.6-7),

8.- Il appelle les hommes au travail et leur indique leur ministère ( Ac 13.2; 20.28),

9.- Il accomplit la mission pour laquelle Il a été envoyé ( Jn 15.26),

10.- Il soupire (Gal 4.6; Rm 8.26),

11.- Il sonde ( 1 Cor 2.10),

12.- Il intercède (Rm 8.27),

13.- Il dirige les hommes en ce qu’ils doivent faire (Rm 8.14).

D.- CONDITIONS OU VOIES PAR LESQUELLES DIEU BAPTISE DANS LE SAINT-ESPRIT:

1.- Le baptême dans le Saint-Esprit est promis à tous (Ac 2.38),

2.- Le baptême dans le Saint-Esprit est donné à ceux qui le demandent ( Luc 11.13),

3.- Le baptême dans le Saint-Esprit est accordé à ceux qui obéissent à Dieu ( Ac 5.32).

3.- DEUX CONCEPTIONS  S’AFFRONTENT SUR LA PERSONNE DU SAINT-ESPRIT:

Il y a deux conceptions qui s’affrontent:

1.- L’une païenne

2.- L’autre chrétienne

 1.- La conception païenne:

Pour cette conception, le Saint-Esprit est une influence de Dieu que nous, dans notre faiblesse et notre ignorance, puissions parvenir à saisir et utiliser.

2.- La conception chrétienne:

Pour cette conception, le Saint-Esprit est:

– Un Etre personnel

– infiniment sage,

– infiniment saint,

– infiniment tendre, qui doit s’emparer de nous et nous employer.

* La conception chrétienne conduit à l’humiliation, à l’effacement du « moi » et au renoncement.

* Tandis que la conception païenne mène à l’exaltation de soi-même.

Posté dans Prédications | Commentaires (2)

Pasteur LUMBU MUGIMBA CORNEILLE on Nov 27th 2013 05:09

 1.- DÉFINITION:

« Or  la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas ».

– On peut aussi rendre ce verset comme ceci: « Or la foi est l’évidence ou la confiance des choses qu’on espère, une conviction ferme concernant celles qu’on ne voit pas ».

-Exemple: une petite fille qui suivait son père dans la maison. Celui-ci est descendu dans la cave où il faisait sombre. Ne sachant pas comment rejoindre son père dans la cave, elle s’est mise à pleurer. Son père lui dira de se jeter à travers l’ouverture de la cave. Mais elle répliqua qu’elle ne le voyait pas. Celui-ci réagit en disant qu’il la voyait, il s’agit pour elle se jeter tout simplement dans l’ouverture de la cave. Comme la fille voulait être en compagnie de son père et comme elle était sûre de la voix de son père, elle s’est jetée dans le trou. Et son père l’a recueilli dans ses bras.

 – Le geste de la petite fille était dicté par la foi. Voilà qui traduit bien la foi.

2.- L’ORIGINE DE LA FOI: 

La foi est-elle innée? Est-elle une marque de fabrique de l’individu? Non, la foi est une entité qui connaît une naissance à partir de l’écoute de la parole de Dieu. Selon l’Ecriture: « Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ » (Rm 10.17).

– C’est ce qui justifie les paroles de notre Seigneur Jésus-Christ, quand il dit: « Puis il leur dit: allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création… » (Mc 16.15-16). C’est ce qu’avait commencé à faire Jean Baptiste dans le désert de Judée (Mat 3.1).

3.- LA FOI ET LA REPENTANCE:

Dans le livre de Marc, Jésus-Christ prêchait en disant: « Il disait: le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche, repentez-vous et croyez à la bonne nouvelle » (Mc 1.15).

– Tout au long du nouveau testament, sans exception la repentance est la première réponse à l’évangile que Dieu demande. Rien ne peut la remplacer. La véritable repentance doit toujours précéder la véritable foi. Sans une telle repentance, la foi seule est une simple profession vide de sens. C’est une des raisons pour lesquelles l’expérience de très nombreux chrétiens aujourd’hui est si instable et si peu solide. Ils essaient de bâtir sans le 1er grand fondement des doctrines. Ils professent la foi mais n’ont jamais expérimenté la véritable repentance. Et le résultat, c’est que la foi qu’ils professent ne leur procure ni la faveur de Dieu ni le respect du monde.

– Tout prédicateur qui laisse de coté l’appel à la repentance trompe les pécheurs et dénature Dieu. Dieu a signé un édit général pour la race humaine toute entière dans Ac 17.30. Et c’est Dieu lui-même qui pose le 1er geste en attirant le pécheur à la repentance par son Esprit-Saint. La conséquence  logique est que si on ne se repent pas, on périra.

4.- LA FOI ET L’ESPÉRANCE:

La foi se différencie de l’espérance du fait que celle-ci est dirigée vers le futur. Tandis que la foi s’établit dans le présent. L’espérance est une attitude d’attente,  concernant des choses qui appartiennent au futur. Mais la foi est une substance, une confiance, quelque chose de réel et de défini en nous maintenant.

– L’espérance trouve son origine dans le royaume de l’intelligence, tandis que la foi est ancrée dans celui du cœur.

Paul écrivant aux thessaloniciens parlant des éléments de l’armure du chrétien dit: « Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l’espérance du salut » (1 Thes 5.8). Dans ce passage nous remarquons que Paul range la foi, l’amour dans la région de la poitrine c’est-à-dire la région du cœur. Mais l’espérance par contre est associée à un casque, la région de la tête, autrement dit, la place de l’intelligence.

REMARQUE:

Beaucoup de gens font profession de foi en Christ et en la Bible, mais leur foi est seulement dans la sphère de l’intelligence, c’est une simple acceptation intellectuelle de certains faits et doctrines. Ce n’est pas la foi véritable de l’Ecriture et elle  ne produit aucun changement essentiel dans la vie de ces personnes.

La foi du cœur produit toujours un changement défini, une expérience précise chez ceux qui la confessent. C’est un changement et une transformation de ses habitudes, de son caractère et de sa vie. Et cela se vit dans le présent.

* Rm 4.16-22

Une espérance basée sur la foi, résistera à la mort et à l’éternité, mais une espérance qui n’est pas fondée sur cette substance de foi est vouée à l’amère désillusion de la fin.

5.- LA FOI ET LA CROYANCE:

On utilise le même  verbe pour exprimer l’un comme l’autre. Mais la différence est grande entre les deux.

– La croyance est de nature purement intellectuelle et

– La foi est de nature spirituelle.

La croyance est l’adhésion de la pensée aux faits historiques et surnaturels rapportés par la Bible. Elle n’implique pas la vie spirituelle  ni le salut. Les démons ont cette forme de croyance, mais ils tremblent (Jacq 2.19). La foi par contre est un don de Dieu (Eph 2.8). Elle est l’oeuvre du Saint -Esprit opérant en quiconque est né d’en haut (Jn 3.3). Elle est confiante, totale, ferme assurance dans les promesses du Seigneur (Héb 11.1). La foi implique la croyance c’est-à-dire l’adhésion de l’intelligence et de la pensée aux grands faits chrétiens.

6.- LA FOI ET LA VUE:

* 2 Cor 5.17

La foi précède la vue. Les deux sont opposées:

– La vue tout comme les sens, est liée aux objectifs du monde matériel physique,

– Tandis que la foi est liée aux vérités révélées dans la parole de Dieu,

– Nos sens s’occupent des choses matérielles temporaires et changeantes,

– Tandis que la foi s’occupe des vérités révélées dans la parole de Dieu et qui sont invisibles, éternelles et immuables.

Si nous sommes charnels, nous ne pouvons accepter que ce que nos sens nous révèlent. Mais si nous sommes spirituels, notre foi rend les vérités de Dieu plus réelles que tout ce que nos sens pourraient nous révéler. David cru d’abord puis a vu ensuite. Il n’a pas vu d’abord puis cru ensuite.

* Ps 27.13

Le Seigneur Jésus-Christ a dit à Marthe, la sœur de Lazare mort: « Ne t’ai-je pas dit que si tu crois tu verras la gloire de Dieu »?

* Jn 11.37-40

Le Seigneur a dit à Marthe et partant à  nous tous que la foi consiste à croire d’abord et voir ensuite et non pas l’inverse. Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru! (Jn 20.29).

Entre nos sens et la parole de Dieu  existe un conflit apparent. Comment résoudre ce conflit? Cela dépend de nous si nous tenons fermement par la foi active et persistante. Le témoignage de nos sens sera en temps utile, en accord avec le témoignage de la parole de Dieu et nous pouvons alors dire que nous sommes guéris, non pas simplement sur la base de la foi en la parole de Dieu. Mais également sur celle de l’expérience physique concrète et sur le témoignage de nos sens.

* Luc 17.11-19

* Ex 3.7-8 et Ex 13.7

La foi qui s’élève au-dessus de nos sens pour atteindre le royaume de la vérité éternelle de Dieu, c’est celle qu’Abraham a expérimentée.

* Rm 4.17-21

Abraham a espéré contre toute espérance, en croyant il a fini par obtenir ce qu’il espérait. On voit qu’Abraham a connu les deux types en même temps: la foi et l’espérance. Sa foi présente lui permet d’obtenir ce qu’il espérait. Voilà le modèle de la véritable foi de l’Ecriture qui consiste à agir comme Abraham et à marcher sur les traces de sa foi.

7.- L’ENNEMI DE LA FOI :LE DOUTE

* Définition:

Selon le petit Larousse illustré le doute est un état d’incertitude sur la réalité d’un fait, l’exactitude d’une déclaration. C’est un manque de confiance dans la sincérité de quelqu’un, la réalisation de quelque chose. Un commentaire de la Bible dit: douter fait allusion à un esprit partagé, non seulement à cause d’un caractère indécis, mais aussi du fait d’un conflit moral intérieur ou d’un manque de confiance en Dieu.

* Jacq 1.5-6

Le doute est donc le principal ennemi de la foi. Puisque la foi est le seul moyen de plaire à Dieu.

* Héb 11.6// Rm 14.23

Exemples de doute et ses conséquences:

* Mat 14.26-31

L’apôtre Pierre voyant Jésus marchant sur la mer, demande à marcher aussi sur les eaux. Il a marché, mais il a eu peur, alors le doute s’est installé; il coula. On perd tout quand on doute. Quelqu’un qui doute ressemble au flot de la mer, agité par le vent et poussé de coté et d’autre. C’est un homme irrésolu,  inconstant dans toutes ses voies.

* Jacq 1.5-8

9.- LA FOI ET LA CONFESSION:

* Rm 10.9-10

* 2 Cor 4.13

* Mat 12.34

La foi a besoin d’être exprimée et non gardée dans son cœur. C’est un grand principe de l’Ecriture. Lorsque le cœur est plein, il déborde par la bouche. Une foi qui demeure silencieuse, sans être confessée  publiquement est incomplète et ne donnera pas de résultats et les bénédictions escomptées.

* 2 Cor 4.13

La foi qui est dans l’esprit doit s’exprimer par une confession de la bouche. Le mot confession traduit du mot grec homologia signifie littéralement : « dire la même chose que ». Pour les chrétiens la confession veut dire que nous disons la même chose avec notre bouche que ce que Dieu a déjà dit dans sa parole, ou encore les paroles de notre bouche sont en accord avec la parole de Dieu. Nous croyons dans  notre cœur ce que Dieu a dit dans sa parole.

10.- LA FOI ET LES ŒUVRES:

* Jn 19.30

* Jacq 2.14-26

La foi précède les œuvres. Et le Seigneur a tout accompli à la croix, un homme n’a plus rien et absolument rien à faire pour son salut. Puisque le salut vient de la foi. Quel rapport y a-t-il entre la foi et les œuvres? La foi n’est pas basée sur les œuvres, mais elles en sont le résultat. Ou plus simplement, ce que nous croyons n’est pas basé sur ce que nous faisons, mais ce que nous faisons est le résultat de ce que nous croyons. Tout ce qu’il fallait pour payer la peine du péché des hommes, et pour obtenir le pardon et le salut pour tous les hommes, a été accompli par les souffrances et la mort de Christ sur la croix.

Suggérer qu’un individu doive faire quelque chose de plus que ce que Christ a déjà fait, reviendrait à rejeter le témoignage de la parole de Dieu et à discréditer l’efficacité de l’expiation de Christ. Toute tentative de quelque homme que ce soit de gagner son salut totalement, ou en partie, par ses propres bonnes œuvres; est en effet une insulte à la fois envers Dieu le Père et Dieu le Fils, et serait quelque part insuffisante ou incomplète.

* Rm 4.4-5 ( NB: « à celui qui ne fait point d’oeuvre, mais qui croit » )

* Eph 2.8

La mort de la foi se constate par l’absence des œuvres dans la vie du chrétien. La foi qui est un don de Dieu est accompagnée par les œuvres, cas d’Abraham et de Rahab. On constate pour cette dernière qu’elle a risquée sa vie en cachant les ennemis (espions hébreux). Elle a fait en plus une confession publique de sa foi dans le sang de Christ pour la rémission et la purification de notre péché par le fait d’avoir attaché le cordon de fil de cramoisi à la fenêtre (Jos 2.18).

Nous ne devons pas le salut grâce à nos œuvres. Mais nos œuvres sont le test qui permet de voir si notre foi est réelle et le moyen par lequel notre foi se développe.

11.- LA FOI ET LE SALUT:

* Rm 4.23-25

*1 Cor 15.1-4

Paul l’apôtre des païens (Ac 13.1-4), estime que chaque chrétien doit suivre l’exemple de la foi d’Abraham. Celui-ci n’a pas été justifié devant Dieu par les œuvres mais par sa foi qui lui fut imputée à justice. Cela s’applique non seulement à lui mais à nous aussi qui croyons en Christ.

De ces passages ci-dessus, il se dégage 4 faits de base de l’Évangile:

1.- Christ a été livré par Dieu le Père au châtiment de la mort à cause de nos péchés,

2.- Il a été enseveli,

3.- Dieu l’a ressuscité des morts le 3è jour,

4.- C’est en croyant à ces faits, que nous recevons la justice de Dieu.

Ainsi, il y a différentes réponses qu’une personne peut donner d’une manière précise et définie. D’emblée l’apôtre Paul explique que le salut vient en croyant du cœur et en confessant de la bouche la vérité de l’Évangile. Chacun doit s’en approcher.

Voici les différentes réponses que la personne qui qui aspire au salut peut donner:

– Recevoir___________Jn 1.11-13

-Invocation__________Rm 10.13

– Venir______________Mat 11.28; Jn 6.37

– Boire______________Jn 4.14 ( L’acte de recevoir le salut est comparé à celui de boire de l’eau) Jn 7.37, Apoc 22.17.

Le Seigneur Jésus-Christ donne une promesse à toute personne qui le recevra personnellement dans: Apoc 3.20.

NB: Sur la confession des péchés:

L’apôtre des païens, Paul s’est trouvé à Éphèse où il est allé prêcher la parole de Dieu chez ces derniers. La manière dont le Saint-Esprit l’a conduit est un enseignement pour nous serviteurs de Dieu aujourd’hui. Cependant, il faut signaler deux tendances qui existent dans le cadre de la confession des péchés:

– La 1ère tendance considère que si quelqu’un accepte Jésus-christ comme Seigneur et Sauveur, ses péchés lui sont automatiquement pardonnés.

                    – La 2è tendance, celle à laquelle j’adhère soutient que quand quelqu’un  accepte Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur doit confesser ses péchés, selon ce que l’Ecriture soutient  dans:

* Ac 19.8-10, 18-20

Nous constatons que les Éphésiens après qu’ils aient acceptés Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur étaient venus confesser leurs péchés auprès  de Paul qui n’était pas seul selon le passage ci-dessus. Paul avait des compagnons tels que Barnabas, le médecin Luc, Silas, Epaphrodite, Timothée…

L’apôtre Jean soutient pour sa part aussi clairement que nous devons confesser nos péchés ( 1 Jn 1.9). Et, la raison pour laquelle nous devons confesser nos péchés devant un serviteur de Dieu, c’est parce que celui-ci possède le pouvoir de la part du Seigneur Jésus-Christ pour procéder à la délivrance en chassant les démons selon:

* Luc 10.17-19

Le roi Salomon dans le passage ci-dessous, souligne la nécessité de confesser et abandonner ses péchés pour bénéficier de la miséricorde de Dieu.

* Pr 28.13

Posté dans Prédications | Commentaire (0)

Pasteur LUMBU MUGIMBA CORNEILLE on Août 21st 2013 09:28

LES TROIS TYPES D’HOMMES DANS LA BIBLE
  1.                    L’HOMME NATUREL ( SENSUEL OU ANIMAL ): 1 Cor 2.14
  2.                    L’HOMME SPIRITUEL : 1 Cor 2.15
  3.                    L’HOMME CHARNEL: 1 Cor 3.1
            Les trois types d’hommes sont représentatives de trois types de personnes dans l’église. La connaissance de ces réalités par les enfants de Dieu aideront les fidèles à savoir se situer par rapport  à Christ, et savoir ainsi les efforts que chacun doit réaliser; pour demeurer l’homme spirituel qui représente un bon état spirituel.
  1. L’HOMME ANIMAL: 1 Cor 2.14
                  La Bible nous présente l’homme naturel ou sensuel (animal). C’est l’homme qui marche selon ses sens naturels. Une autre version de la Bible Louis Segond présente l’homme naturel comme un homme animal. Puisque son comportement n’est pas loin de celui d’animal qui met bas ses petits qui deviennent ses partenaires sexuels à l’âge adulte.
                 Alors qu’en même temps le pigeon nous donne une image de comportement qui devait réfléchir l’homme créé à l’image de Dieu. Le pigeon ne pond que deux œufs qui donnent un mâle et une femelle. Et dès que le partenaire d’un mâle ou une femelle meurt, le partenaire restant vit malheureux en singleton par manque de partenaire.
                 Voici les tableaux qui démontrent le comportement d’un homme naturel:
                                               – Rm 1.18-32
                                               – Gal 5.19-21
                D’ailleurs, les Écritures donnent des instructions claires sur ce comportement de l’homme animal.
                                              – Lév 18-25
               On peut se représenter un schéma  à la forme d’un cœur qui  représente la vie  de l’homme naturel, qui dirige lui-même sa vie et n’a pas besoin d’intégrer Christ dans sa vie. On voit une vie remplie de désordre semblable à un animal.
               La Bible déclare:  » Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Rm 3.23). L’homme naturel est un homme privé de la gloire de Dieu.
       2.    L’HOMME SPIRITUEL: 1 Cor 2.15
  • C’est l’ homme qu’on appel véritablement un chrétien selon la Bible. C’est un homme rempli du Saint-Esprit.  Le cas des apôtres qui savent prendre position aux événements par rapport à leurs convictions. Ils ont de l’assurance.
                                               – Ac 4.13-21, 31
  • C’est un homme dans lequel on voit la manifestation du fruit du Saint-Esprit.
                                              – Gal 5.22
  • C’est un homme qui accompli ou qui répond à l’ordre suprême.
                                              – Mat 28.18-20
  • C’est l’homme qui satisfait le cœur de Dieu.
                                              – Mat 25.19-21
  • C’est un homme pieux. Il faut savoir que celui qui vit pieusement sera persécuté. Mais l’Éternel l’en délivre toujours.
                                              – 2 Tim 3.12
                                              – Ps 34.20
L’Esprit que Dieu nous a donné ne nous rend pas timides; au contraire, son Esprit nous remplit de force, d’amour et de sagesse.
                                             – 2 Tim 1.7
                Si nous nous représentons un schéma qui représente la vie d’un homme spirituel, l’homme qui a intégré Christ dans sa vie et qui lui a donné totalement la direction de sa vie. On voit que sa vie est ordonnée.
         3.            L’HOMME CHARNEL: 1 Cor 3.1
  • C’est un homme qui a accepté Christ dans son cœur comme Seigneur et Sauveur. Mais il est encore comme un bébé spirituel qui a besoin du lait et non de la nourriture solide.
                                            – Héb 5.12.
  • C’est un homme qui bien qu’ayant accepté Christ dans sa vie, dirige encore sa vie selon ses désirs charnels. Sa volonté ne s’est pas encore pliée aux paroles de Dieu.
                                            – Job 23.12
  • C’est un homme méconnaissable, il est avec les païens comme il est avec les chrétiens. On ne sait pas le situer puisqu’il est à l’aise dans les deux milieux païen et chrétien. Il n’a pas de prise de position. Il concilie facilement les deux milieux païen et chrétien. Pourtant la parole de Dieu est formelle.
                                            – Jacq 5.12
                                            – Apoc 3.16
  • C’est un homme qui aime le beurre et l’argent du beurre. Il ne comprend pas cette vérité biblique:
                                             – Job 22.21-28
il devrait agir  comme Bartimée qui s’est débarrassé de son manteau qui était tout pour lui à cause de Christ.
                                             – Mc 11.46-53
                Jeter son or dans la poussière (1er geste) c’est-à-dire se défaire de tout ce que l’on considère comme valeureux et ne considérer que Dieu comme sa valeur première,  principale et ultime (2è geste).
                                             – Phil 1.21; 3.7
  • C’est un homme qui ne comprend pas cette vérité exprimée par l’apôtre Paul dans:
                                             – Phil 3.4-11
                 Si nous nous représentons la vie d’un homme charnel, il a reçu Christ dans sa vie mais  continue à diriger sa vie. Sa vie est marquée aussi par un désordre bien qu’on puisse observer une connaissance des Écritures dans sa vie et sa fréquentation des milieux chrétiens.
RECOMMANDATIONS:
                1.- Chron 29.10-12, 15-19
                2.- Ac 1.4-5, 8
                3.- Mat 24.13

Posté dans Prédications | Commentaires (3)

Pasteur LUMBU MUGIMBA CORNEILLE on Juil 13th 2013 02:21

Vous n’avez pas de réponse à certaines questions, malgré la lecture de nos articles et une recherche minutieuse à l’aide de notre moteur de recherche? Vous souhaitez partager vos avis de manière indirecte? Vous souhaitez approfondir vos connaissances bibliques? Ou aimerez commencer une relation sérieuse, directe et intime avec Jésus en passant par la nouvelle naissance? N’hésitez pas à partager avec nous ce que vous avez sur le coeur en remplissant le formulaire ci-dessous. Nous ferons notre possible  pour vous contacter à répondre à vos questions dans les meilleurs délais.

Posté dans Contact | Commentaire (1)

Pasteur LUMBU MUGIMBA CORNEILLE on Juin 28th 2013 10:46

LA REPENTANCE
Les tous premiers grands prédicateurs au nombre de trois ( Jean Baptiste, Apôtre Pierre et Paul) et le plus grand prédicateur de tous les temps, le Seigneur Jésus dans le Nouveau Testament sont caractérisés par un message qui a conservé toute son importance au travers l’existence  de l’église de Jésus – Christ. Ce message, c’est la repentance (en grec, métanoïa) qui signifie un changement complet de cœur et d’esprit, de mentalité, d’intention, de résolution ou encore d’avis à l’égard du péché. Un changement accompagné d’un profond regret de ses fautes, conduisant à un changement de conduite.
Ce changement entraîne que les cœurs des hommes seront brisés, touchés et émus. Le nouveau comportement se traduit par une transformation radicale vis-à-vis de Dieu, de Jésus, de la Bible, du péché et du monde.
C’est la tristesse que l’on éprouve à cause de ses péchés et la douleur d’avoir offensé Dieu à un tel point que l’on décide de les abandonner. Ce n’est pas un simple chagrin, qui ne produit aucun changement profond et durable.
Ce message a été prêché avant et après Jésus – Christ.
 
1.- JEAN – BAPTISTE:
                  Avant Jésus – Christ, nous avons Jean – Baptiste (Mat 3.1-11). On retiendra trois moments forts:
                   A. –  A l’écoute du prêche de Jean – Baptiste, les gens ont accouru vers lui au Jourdain pour:
                                1.- Confesser leurs péchés
                                2.- Se faire baptiser
                   B.–  Voyant les Pharisiens et Sadducéens, Jean Baptiste les traite de races de vipères. L’important c’est de produire le fruit digne de la repentance. C’est la conséquence logique attendue de la repentance hier, aujourd’hui et demain. Sans bons fruits, l’arbre (image représentant tout homme qui prétend accepter Christ) devra être coupé et jeté au feu.
                   C.- Jean Baptiste annonce l’arrivée imminente de Jésus – Christ qui baptisera ceux qui se sont repentit du Saint- Esprit et de feu . La repentance est une condition préalable au baptême dans le Saint- Esprit. Pour  lequel Jésus a fait une recommandation ferme à ses disciples en les  enjoignant d’attendre à Jérusalem ce que le Père avait promis (Ac 1.4-5).
2.- JÉSUS – CHRIST LUI- MÊME:
                   Après son baptême par immersion, Jésus  a été conduit dans le désert pendant un jeûne de 40 jours et a été tenté par le Diable qui échoua après son jeûne.
Jésus commença aussi son ministère avec le même message sur la repentance ( Mc 1.14-15). Car le royaume des cieux est proche. Aujourd’hui nous disons:repentez – vous  car Jésus revient bientôt. La repentance précède le fait de croire.
3.- L’APÔTRE PIERRE :
                  L’Apôtre Pierre après son baptême dans le Saint- Esprit tint un discours qui toucha vivement le cœur des Juifs qui ont exprimé leur sentiment de culpabilité et posèrent une question majeure, fondamentale: que ferons nous?
La réponse de Pierre est la repentance. La repentance et la foi en Dieu sont les deux faces d’une même pièce, Ils sont inséparables, indissociables et ils vont toujours ensemble. La repentance pousse la personne à être attiré inéluctablement à Dieu. Ce qui a comme résultat croire en Jésus le nazaréen.
Croire par son verbe grec ( pisteuo) veut dire :
                                         – Abandonner… (le péché)
                                         – Pour s’abandonner à… ( Jésus- Christ )
3.- L’APÔTRE PAUL:
                   Paul l’Apôtre des païens (Ac 13.44-49), a prêché la repentance aux Juifs et aux Grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus-Christ ( Ac 20.20-21). La repentance est un message récurrent, qui ne cessera qu’au  retour de notre Seigneur Jésus-Christ.
Exemples de la repentance:
                 Ils sont nombreux dans la Bible, mais nous prendrons  deux qui nous semble les plus parlant:
                    1.- L’enfant prodigue:
                                     L’enfant prodigue déclare la Bible est rentré en lui-même. Il prend la décision la plus importante de sa vie et déclara:
                                             – Je me lèverai
                                             – J’irai
                                             – Et dirai
Cette décision survient après examen de la vie misérable qu’il menait loin de son père. Il a tout abandonné derrière lui. Il a fait un demi tour complet (soit un angle de 180°).
                     2.- Les païens d’Éphèse:
                                     Les habitants d’Éphèse premiers bénéficiaires du ministère de Paul. Après les deux ans de prédication de Paul à Éphèse ( Ac 19.8-10) plusieurs éphésiens avaient cru en Jésus de Nazareth . Après avoir cru ils n’ont pas su se retenir et se sont laissés convaincre par le Saint- Esprit pour venir eux – même confesser et déclarer leurs péchés devant Paul et Silas ( et autres compagnons de Paul). Et n’ont rien gardé des anciens supports de leurs mauvaises pratiques occultes (Ac 19.18-20).
                                    Faisons remarquer que le verset 20 des Actes 19, introduit une conséquence claire, après la confession des péchés en ces termes: » C’est ainsi que la parole du Seigneur croissait en puissance et en force » ( cela veut dire que la parole se répandait de plus en plus, le nombre des disciples augmentait beaucoup à Jérusalem, et une grande foule de sacrificateurs obéissaient à la foi ( Ac 6.7).
APPEL:  
               Voulez-vous vous repentir? C’est aujourd’hui votre jour du salut (Héb 4.7). Pour ceux qui sont déjà chrétiens le Seigneur voudrait que vous puissiez vous examiner (Ap 2.5).

Posté dans Prédications | Commentaire (1)

Pasteur LUMBU MUGIMBA CORNEILLE on Juin 24th 2013 06:36

La réalité dans le monde:
  •  Sans moi, vous ne pouvez rien faire ( Jn 15.5).
  •  Vous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes (Eph 6.12).
  • Malheur à la terre et à la mer! Car le diable est descendu vers vous, animé d’une grande colère, sachant qu’il a peu de temps (Ap 12.12).
  • Votre adversaire, le diable,  rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera ( 1 Pie 5.8).

 

Voilà la réalité existante dans le monde dans lequel évolue le chrétien. Cette  réalité n’était pas inconnue de notre Dieu. Comme il est omniscient, et ne jamais surpris par rien qui puisse arriver dans ce monde; notre Dieu avait préparé la solution à cette difficulté IX ou VIII siècles avant Jésus-Christ en annonçant par le prophète Joël ceci:« Après cela, je répandrai mon Esprit sur toute chair; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos vieillards auront des songes, et vos jeunes gens des visions. Même sur les serviteurs et les servantes, Dans ces jours – là, je répandrai mon Esprit » (Joël 2.28-29).
La promesse du Père:
Quand Jésus viendra et accomplira parfaitement sa  mission, Il demandera à ses disciples de pas s’éloigner de Jérusalem. Mais qu’ils devraient attendre à Jérusalem l’accomplissement de la promesse du Père . Selon laquelle, comme Jean a baptisé d’eau ses disciples, eux seraient baptisés  dans le Saint-Esprit ( Ac 1.4-5, 8).
Le jour de la pentecôte:
Arriva le jour de la pentecôte, les 120 disciples à peu près qui étaient réunis dans la chambre haute persévérant dans la prière furent tous baptisés dans le Saint- Esprit. C’était un jour solennel, les disciples s’étaient mis à parler en d’autres langues ( Ac 2.4). Vu les différentes manifestations qui s’étaient passées ce jour là,  les gens qui étaient accourus à ce lieu n’ont pas compris ce qui se passait et ont taxés les disciples d’être ivres  de vin doux (Ac 2.12-13) .
 Piqué au vif Pierre le peureux  il y a quelques jours devant une servante( Lc 22.54-62), animé d’un courage extraordinaire s’est mis débout devant la multitude. Il tint un discours dans lequel il pointe de doigt à la foule au sein de laquelle se trouvait la servante devant qui il avait peur. Nous avons tous besoin aujourd’hui d’être revêtu de la puissance du Saint-Esprit, pour réaliser la volonté ultime de notre Seigneur Jésus exprimée dans le livre de Matthieu (Mat 28.18-20).
Pierre dit sans ambages que ce Jésus qu’ils venaient de tuer c’est lui le Messie. Et c’est lui qui fit qu’ils reçoivent le don du Saint- Esprit promis. Et qu’ils étaient en train de vivre l’accomplissement de la promesse de Dieu faite par le prophète Joël. Et cette promesse est pour tout celui qui accepte Christ comme son Seigneur et Sauveur dans sa vie ( Ac 2.39).
Cette promesse est toujours là opérante  aujourd’hui et maintenant, encore pour vous aussi mon frère / ma  sœur qui me lit en ce moment; à une seule condition : te repentir ( Mat 3.1-2,11).
Appel:

Vous le savez maintenant ! Dieu veut qu’on le prenne aux mots. Dieu dit dans sa parole  : « Demandez et l’on vous donnera, cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira » (Mat 7.7). Notre Dieu ne fait acception de personne. N’oubliez pas Jésus-Christ a dit, sans moi vous ne pouvez rien faire.

Posté dans Prédications | Commentaire (1)